C’est le temps de bien préparer son jardin pour l’été!

Photo 
Daphné Caron et Nicolas Gauthier

Par Christine Côté, horticultrice

Le printemps tarde un peu à s’installer pour de bon, mais c’est pas une raison pour désespérer en regardant la grisaille par la fenêtre. Profitez-en pour planifier votre jardin! Vous serez prêt à passer à l’attaque quand le mercure grimpera (bientôt, bientôt, je l’espère!). Quoi faire maintenant? Qu’est-ce qui peut attendre? Pas toujours facile de s’y retrouver! Voici un petit guide pour mettre de l’ordre dans nos idées!

Votre plan de match

Présentement, il n’y a rien à faire dehors! Avec le froid qui s’entête, c’est pratiquement impossible d’aller jouer dans le jardin. Profitez-en pour dresser la liste de ce que vous souhaitez planter. Lorsque ce sera fait, déterminez ce que vous mettrez dans les pots et ce qui ira directement dans la terre, ainsi que ce que vous voudrez semer et ce que vous préférerez acheter en plants à la pépinière. Semence ou plant? Tout dépend de votre degré de motivation! Quand on choisit les plants, c’est plus vite puisqu’ils sont déjà prêts à être plantés, mais c’est aussi plus cher. Si on veut faire nos semis nous-mêmes, le processus est plus long, mais on a accès à une plus grande variété de semences, et c’est moins coûteux! Et c’est tellement satisfaisant de voir nos petites pousses devenir plants!

Presque tous les légumes peuvent être mis en pot ou en terre. Si on y va pour les pots, il est préférable d’opter pour les variétés naines et trapues.

Novice en la matière ou pas tout à fait le pouce vert? Mieux vaut choisir les tomates cerises, les concombres, les haricots, la laitue, les carottes, les poivrons, les radis, les épinards, le chou kale, les aubergines, la rhubarbe, les bettes à carde, les petits pois et les fines herbes, qui sont plus faciles à cultiver. Et pour ajouter un peu de couleur à votre potager, pourquoi ne pas planter quelques fleurs comestibles comme des  capucines, des pensées,  des bourraches, des violettes et des  primevères? Belle façon d’enjoliver nos assiettes!

Ombre et lumière

Je vous recommande de dessiner un plan de votre jardin pour ainsi prévoir l’emplacement des plants selon les périodes d’ensoleillement ou d’ombrage et pour obtenir le maximum de fruits et de légumes. Observez votre terrain à différents moments pendant une fin de semaine, pour voir comment se comporte l’ensoleillement.

  • Légumes-fruits (tomates, piments, concombre…) ont besoin d’un minimum de  6h  par jour
  • Les fines herbes, minimum de 6h par jour
  • Les légumes feuilles (roquette, laitue, bok choy, bette à carde…), minimum de 4 à 5h par jour
  • Légumes racines (carottes, betteraves, radis, panais, etc.), tolèrent la mi-ombre, mais préfèrent le soleil

Prendre ses distances

Pour éviter que nos plantations ne soient trop rapprochées et qu’elles s’entremêlent, la distance recommandée entre les plants est toujours indiquée sur le sachet de la semence. C’est donc assez essentiel de la respecter!

Lorsque le plan de votre jardin sera bien arrêté sur papier, vous serez prêt pour faire vos semis. C’est-à-dire de commencer la croissance de vos plants bien au chaud à l’intérieur avant de les transplanter au jardin. Par ici pour mes conseils pour faire vos propres semis.

Le ménage du printemps

La plupart du temps, c’est vers la fin du mois d’avril que l’on peut commencer à préparer le terrain à la venue prochaine de notre jardin en ramassant les feuilles et les déchets. On passe la fourche pour bien faire bouger la terre, la relever et la mélanger. Si on veut être un peu plus efficace, on utilise un rotoculteur. Le nom fait peur, mais c’est très simple à utiliser et ça se loue pour environ 60$ la journée. C’est par la suite préférable d’ajouter un peu de terre (et d’ailleurs, c’est bien de le faire chaque printemps) et d’étendre un peu de compost ou de fumier pour l’enrichir.

Patience!

On ne plante pas et on ne sème pas (directement dans le jardin) avant la fête de la Reine (3e fin de semaine de mai) ou le début du mois de juin. Eh oui, juin va bien finir par arriver!

Propos recueillis par Catherine Perron