Comment transformer une soupe en repas complet?

Photo 
henrique felix

Comme c’est réconfortant de manger une bonne soupe pour dîner lorsqu’il fait moins mille au mercure. Le hic, c’est qu’on a souvent faim peu de temps après et les rages de grignotage nous tiraillent tout l’après-midi.

Pour savoir si votre soupe est bien équilibrée, fermez les yeux et imaginez les ingrédients, mais sans le bouillon. Est-ce que ce que vous voyez se rapproche plus d’un souper ou d’une collation? Y a-t-il à peine quelques bouchées ou de quoi vous sustenter pour la peine?

Voici trois éléments que votre soupe-repas devrait contenir :

  • Premièrement, pensez protéines. Ce sont elles qui vous soutiendront jusqu’au prochain repas. Bœuf, porc ou poulet cuit, en cubes, tranché ou effiloché, crevettes nordiques, légumineuses, œufs cuits durs, cubes de tofu.
  • Ensuite, qui dit repas complet dit aussi source de glucides. C’est le carburant préféré de vos muscles et de votre cerveau. Ajoutez un féculent: orge, nouilles udon ou ramen, riz, cubes de pommes de terre, quinoa, pâtes, name it, tous ces choix sont bons.
  • Finalement, lâchez-vous lousse avec les légumes. Optez pour la variété, pour une soupe colorée (et vitaminée!).

Si votre soupe ou votre potage ne passe pas le test, ajoutez les éléments manquants en accompagnement. Du fromage pour compléter les protéines, du pain pour les glucides ou des crudités pour les légumes. Simple comme ça.

Promis, avec ces essentiels dans votre soupe-repas, vous n’aurez pas envie de manger les murs à peine une demi-heure après le repas.

Mes recettes de soupes-repas