Faut-il laver nos aliments au retour de l’épicerie?

Par 
L'équipe savourer
Photo 
Manki Kim

On se pose tous cette question. On voit passer toute sorte d’informations contradictoires. Certains lavent tous leurs aliments aussitôt arrivés à la maison, d’autres pas… qui a raison? On a voulu faire le point.

Pour les fruits et légumes, la réponse est claire: on devrait toujours les laver, pandémie ou pas. Pour enlever la terre, les saletés, les résidus de pesticides et les bactéries qui peuvent s’y trouver, l’idéal est de les frotter sous l’eau courante. Lavez tous les fruits et les légumes, même ceux que vous comptez peler. Pour ceux dont la surface est ferme, comme les oranges, les melons, les carottes, les pommes de terre, et même les pommes, utilisez une brosse à légumes. Frottez les fruits ou légumes plus fragiles avec les doigts ou encore déposez-les dans une passoire ou un tamis et passez-les sous l’eau. Privilégiez cette façon de faire plutôt que de les laisser tremper puisque l’évier de la cuisine peut lui-même contenir des bactéries et devenir une source de contamination.

L’utilisation de savon n’est pas nécessaire, et même déconseillée par les autorités de santé. Quant à l’utilisation de produits spécifiquement conçus pour laver les fruits et légumes, les études disponibles démontrent qu’ils ne sont pas plus efficaces que l’eau pour éliminer les résidus. Même chose pour le vinaigre et le bicarbonate de soude: les études n’ont pas réussi à démontrer clairement leur efficacité. Du côté des produits chimiques et des désinfectants, leur utilisation est vivement déconseillée. Contrairement à la vaisselle, les fruits et légumes sont poreux et des résidus de ces produits peuvent y adhérer.

Pour le reste, pensons-y un instant… Pour attraper la COVID-19 avec un aliment de l’épicerie…

  • Il faudrait d’abord qu’une personne infectée se rende à l’épicerie.
  • Il faudrait que cette personne tousse ou éternue sans mettre son coude devant sa bouche.
  • Que des gouttelettes contenant le virus se posent sur un aliment.
  • Il faudrait que vous preniez précisément cet aliment, et non celui d’à côté.
  • Il faudrait aussi que le virus soit encore vivant. Une fois posé sur une surface inerte comme le carton ou le métal, sa durée de vie est limitée puisqu’il ne peut vivre que dans des organismes vivants.
  • Il faudrait ensuite que vous portiez vos mains contaminées à votre visage et que le virus passe par votre nez, votre bouche ou vos yeux pour vous infecter.

Avec toute cette cascade d’événements, on comprend que les probabilités d’être infecté de cette façon sont plutôt minces. Déjà, si vous vous lavez les mains (pendant 20 secondes à l’eau chaude savonneuse) dès votre retour à la maison et que vous ne touchez pas votre visage entre temps, la chaîne de contamination est brisée.

Le gouvernement du Québec et Santé Canada abondent dans le même sens. Selon leurs recommandations, il n’est pas nécessaire de désinfecter nos achats lorsqu’on revient de l’épicerie. C’est le lavage des mains qui prévaut sur toutes les autres mesures. On se lave les mains lorsqu’on rentre à la maison, on range les aliments et on se relave les mains en terminant. Et, par-dessus tout, on évite en tout temps de se toucher le visage.

Si vous êtes tout de même inquiet, vous pouvez très bien laisser les aliments non périssables quelques jours dans une pièce sans les toucher. Toutefois, comme les études ne s’entendent pas sur la durée de vie du virus, il ne faut surtout pas oublier de se laver les mains après avoir rangé ces aliments, même s’ils ont passé plusieurs jours dans votre garage!

Malgré tout ce qui circule sur les réseaux sociaux, ce qu’on devrait retenir, c’est de frotter nos fruits et légumes sous l’eau courante avant de les manger ou de les cuisiner. Et la bonne vieille règle de base répétée par nos parents, qu’on répète à notre tour à nos enfants, de se laver les mains avant de cuisiner et avant de manger demeure ce qu’il y a de plus efficace! Pas plus compliqué que ça!

Pour en savoir plus