Les couteaux qu’il vous faut

Photo 
Maude Chauvin

Vous aimez cuisiner? Mon conseil: équipez-vous de bons couteaux. Votre plaisir sera multiplié par mille. Tout se fait mieux avec de bons couteaux. On est plus efficace, plus précis, plus rapide, et on risque moins de se couper!

Dans une cuisine, bien des accessoires et petits appareils sont superflus. En laissant de côté tous les gadgets qui prétendent vous simplifier la vie miraculeusement (allô les infopub!), vous désencombrerez votre cuisine et vous épargnerez… assez pour vous acheter de bons couteaux!

Voici mes trois couteaux indispensables. Je fais tout avec ces trois couteaux. Toutes les recettes que vous trouverez ici sont passées sous leurs lames.

Le couteau de chef, c’est le multi-usage. C’est celui que j’utilise le plus. Que ce soit pour couper de la viande et des légumes, pour hacher des fines herbes ou pour écraser une gousse d’ail, il est super pratique. Avant de le choisir, je vous suggère fortement de l’essayer. Assurez-vous de le trouver confortable et pas trop lourd. Idéalement, choisissez un modèle où la lame se poursuit à l’intérieur du manche, il sera encore plus résistant. C’est le plus dispendieux, il faut prévoir une centaine de dollars. Personnellement, je préfère le modèle Santoku, plus court et petit, parfait pour mes petites mains. Je suis plus habile avec ce couteau qu’avec les modèles plus longs. Mon chum lui, préfère le classique plus massif et n’aime pas utiliser mon Santoku. C’est une question de goût! Un couteau, c’est comme une paire de chaussures, on ne peut pas l’acheter pour quelqu’un d’autre. Faut le choisir soi-même. Plutôt que de le demander en cadeau (en plus, il paraît que ça porte malchance!), demandez un chèque cadeau et magasinez-le vous-même dans un endroit spécialisé où l’on peut les essayer et être bien conseillé. J’ai acheté les miens ici.

Le couteau d’office, c’est celui que l’on utilise pour le travail en finesse qu’on ne peut pas faire aisément avec le couteau de chef. Il est parfait pour peler un fruit, retirer le cœur d’une pomme, prélever des suprêmes d’orange, équeuter les fraises ou couper des légumes en fines juliennes. À une quinzaine de dollars, c’est le plus abordable. Gardez-le bien aiguisé!

Le couteau dentelé, grâce à ses dents qui «mordent» dans l’aliment, il est idéal pour trancher du pain. Il est aussi pratique pour trancher une tomate ou retirer la pelure d’un ananas ou d’un melon. Il y en a de tous les prix. Ce couteau est durable, il s’use moins rapidement que les autres, mais s’aiguise difficilement, alors mieux vaut acheter un couteau robuste et massif. Si la lame est trop mince ou légère, vous aurez du mal à percer la croûte dure d’un pain au levain ou l’écorce coriace d’un melon d’eau.

L’entretien

Oui, des bons couteaux, ce n’est pas donné, mais, si vous en prenez bien soin, ils vont vous accompagner très, très longtemps, voire toute votre vie. Lavez-les à la main, utilisez-les uniquement sur une planche de bois ou de plastique (pas sur une planche de verre). N’essayez pas de couper des os (ça prend des couteaux spécialisés pour ça) et évitez de couper des aliments congelés très durs ou de racler la lame sur la planche à découper pour pousser ou regrouper les aliments.

Personnellement, je n’aiguise pas mes couteaux moi-même. C’est si facile de ruiner une lame en l’aiguisant maladroitement. Environ deux fois par année, je retourne là où j’ai acheté mes couteaux et ils me les aiguisent professionnellement. C’est assez facile de trouver un endroit où faire aiguiser les couteaux dans toutes les régions. Google saura vous aider pour ça!