5 réflexes à adopter pour manger local plus souvent, même pendant la pandémie

Par 
L'équipe Savourer
Photo 
Maude Chauvin

L’achat local n’a jamais été aussi important. C’est en soutenant nos entreprises d’ici qu’on va réussir à se relever de ce coup dur économique. L’appel à l’achat local a même été officiellement lancé par notre gouvernement. Comme on doit manger chaque jour et qu’on a tous besoin de faire notre épicerie, pourquoi ne pas commencer en faisant une plus grande place aux aliments locaux dans notre panier chaque semaine? Pas besoin d’attendre les récoltes de l’été, on peut commencer dès maintenant et développer de nouveaux réflexes qui dureront toute l’année.

1. Repérez les produits locaux à l’épicerie

Gardez l’œil ouvert pour repérer le logo «Aliments du Québec» sur les produits. Plus de 1200 entreprises utilisent déjà cette certification, et ce ne sont pas que des petits produits du terroir qu’on réserve pour les occasions spéciales. Plusieurs sont des produits qu’on utilise au quotidien et qui font sûrement déjà partie de vos achats réguliers. Parfois, il s’agit simplement de remplacer un pain tranché par un autre ou de changer de marque de moutarde, de pâte alimentaire ou de céréales. Certaines épiceries identifient les produits du Québec directement sur leurs étiquettes de prix sur les tablettes. Comme il est préférable d’éviter de manipuler les aliments pendant la crise, c’est une autre bonne façon de les repérer! Les trouver sera un peu plus long la première fois, mais vous n’aurez pas à faire l’exercice chaque fois. Vous pourrez continuer à acheter ces nouveaux produits de semaines en semaines, sur le pilote automatique. Vous pouvez aussi attaquer une catégorie d’aliment par semaine, et ainsi transformer votre panier au fil du temps sans que ça vous prenne trois heures!

Certains aliments sont produits au Québec, d’autres sont transformés ici à partir d’ingrédients provenant d’ailleurs. Bien que l’impact sur l’environnement ne soit pas le même, dans les deux cas, ça favorise notre économie et ça crée des emplois. Par exemple, le pain St-Méthode est cuisiné à Adstock, près de Thetford Mines; les pâtes Catelli et les granolas Fourmi bionique sont produits à Montréal et les mayonnaises et moutardes de Maison Orphée, à Québec. Les farines de La Milanaise sont moulues à Saint-Jean-sur-Richelieu, le saumon des Fumoirs Gosselin est fumé à Cowansville, dans les Cantons-de-l’Est, et les huiles d’olive de La Belle Excuse sont embouteillées dans Lanaudière. Les exemples sont nombreux!

Dans l’allée des fruits et légumes, les autocollants sur les aliments indiquent généralement leur provenance, mais encore une fois, pour les manipuler le moins possible dans le contexte actuel, regardez plutôt les affiches de prix, qui indiquent aussi leur origine. Les laitues Mirabel, les tomates Savoura, les concombres Toundra et les pommes les Croquantes sont disponibles localement toute l’année. À cela s’ajoutent les arrivages de saison, que vous pouvez suivre grâce à ce calendrier. Dans les prochaines semaines, surveillez les asperges et la rhubarbe, elles seront parmi les premières à faire leur entrée sur le marché!

Du côté des produits laitiers (lait, beurre, yogourt) et des œufs, ouvrez bien l’œil. Les options québécoises sont toujours offertes, bien qu’elles partagent l’étalage avec des produits d’ailleurs. Idem pour les viandes et volailles du Québec au rayon de la boucherie. Vous trouverez aussi du tofu 100 % local. Au comptoir des fromages, ce n’est pas le choix qui manque! Et les fromages québécois sont généralement faciles à repérer.

2. Abonnez-vous à un panier de légumes bios

Connaissez-vous le réseau des fermiers de famille? Les inscriptions pour l’été 2020 sont en cours! En vous abonnant à leur programme, vous recevrez chaque semaine un panier de légumes biologiques. Livrés à un point de chute près de chez vous ou de votre lieu de travail, c’est une excellente façon d’encourager une entreprise familiale de votre région. Pour en apprendre plus, nous avons publié un article sur le sujet!

3. Découvrez les producteurs de votre région

Pour aider les Québécois à consommer plus de produits frais locaux, l’Union des producteurs agricoles a lancé le mouvement Mangeons local plus que jamais, appuyé par le mot-clic #localplusquejamais sur les réseaux sociaux, où l’on peut lire des témoignages de différents producteurs. Plusieurs sites ont aussi été créés pour faciliter la recherche de produits locaux. C’est le cas de Solution locale, une initiative citoyenne qui propose un système de recherche par région et une carte interactive. Mis sur pied par le gouvernement du Québec, Le panier bleu permet aussi de trouver des entreprises locales qui offrent toujours leur service pendant la pandémie.

4. Magasinez vos aliments en ligne

Avec des centaines de points de chute à travers le Québec, les fermes Lufa offrent une grande variété de produits québécois. En plus des légumes qui poussent dans leurs serres, l’entreprise vend aussi des produits de plusieurs producteurs québécois. De son côté, l’entreprise Maturin distribue plus de 2000 produits québécois sur sa plateforme numérique. C’est possible d’acheter une «boîte familiale» ou simplement des articles individuels. Vous pouvez faire des recherches par région ou encore, voir l’ensemble des produits offerts dans la province. La livraison se fait partout au Québec.

5. Faites votre potager

Quoi de plus local que de cultiver ses propres légumes? Si vous ne les avez pas déjà faits, il est encore temps de préparer vos semis pour l’été. Les Jardins de l’écoumène et Terre promise offrent une variété impressionnante de semences pour vos jardins. Et avec la réouverture des pépinières, vous pourrez aussi aller chercher vos semences ou vos plants directement sur place. Pour vous aider à démarrer votre jardin, l’illustratrice Laurence Deschamps-Léger, alias Laucolo, a réuni une foule de ressources sur le sujet, du choix des semences à l’entretien des plants, en passant par l’achat du matériel.

Si vous êtes en région éloignée et que l’offre est moins grande, si vous n’êtes pas à l’aise avec les commandes en ligne ou si le budget ne vous le permet pas, pas de pression. Sachez que chaque petit geste compte. Même si vous ne faites que remplacer un seul produit que vous achetiez déjà par un produit québécois, c’est déjà beaucoup pour les producteurs de chez nous. C’est en faisant collectivement notre gros possible qu’on fera une grande différence!