Quel chocolat offrirez-vous à Pâques?

Photo 
Maude Chauvin

Vous savez à quel point l’achat local compte pour moi. Bien sûr, on ne produit pas de cacao au Québec. Mais ce n’est pas une raison pour se ruer vers les chocolats de pharmacie ou encore pour se laisser influencer par un Jeannot costumé qui sautille sur le bord de la route pour nous attirer dans son entrepôt de chocolat de mauvaise qualité.

Au Québec, à défaut de cultiver du cacao, on a la chance d’avoir des chocolatiers qui transforment le chocolat avec passion. Qui voyagent pour nous et qui vont à la rencontre des fermiers afin de s’assurer de la qualité de leur production. C’est ce chocolat qu’il faut offrir à Pâques.

Les enfants n’ont pas besoin de huit lapins géants. Pourquoi ne pas inviter votre entourage à offrir autre chose à leurs petits cocos adorés, s’ils tiennent à souligner cette fête avec un présent? De mon côté, j’ai toujours encouragé ma famille à gâter ma fille autrement à Pâques, comme pour le reste de l’année. Une sortie avec sa tante adorée, un livre offert par ses grands-parents, un après-midi popote avec sa mamie… laisseront de bien meilleurs souvenirs que les huit lapins qui finiront en morceaux dans le congélateur. Parce que, huit lapins, c’est beaucoup trop de chocolat!

Alors, cette année, plutôt que de dépenser en chocolat de mauvaise qualité, je vous encourage à choisir un plus petit chocolat, mais dont vous connaissez l’histoire. C’est quoi, l’histoire d’un chocolat? Il suffit de demander au chocolatier, il vous la racontera! Il vous parlera du pays et de la région où le chocolat a été produit. Il connaît peut-être même le nom du producteur! Il vous parlera des ingrédients qu’il a utilisés et vous expliquera comment il s’y est pris pour fabriquer le poussin ou le lapin que vous aurez choisi. Et cette histoire, vous pourrez la raconter à votre tour. Amusez-vous ensuite à repérer la provenance du chocolat sur le globe et ainsi faire découvrir la Bolivie, l’Équateur, le Venezuela à votre tribu. Je parie qu’ensuite, la dégustation du chocolat prendra un tout autre sens pour vos amours! Ils n’avaleront pas tout rond un si précieux trésor!

Avec les plus jeunes, vous pouvez aussi profiter de cette belle fête printanière pour instaurer de nouvelles traditions. Lorsque ma fille était petite, nous avions l’habitude de déposer une carotte sur le rebord de la fenêtre du salon la veille de Pâques. On entrouvrait la fenêtre pour que Jeannot puisse venir chercher la carotte qu’on lui laissait. En passant, Jeannot adore les carottes mauves! Le matin de Pâques, à son réveil, ma fille courait au salon et trouvait la carotte grignotée par Jeannot Lapin lui-même, qui lui avait aussi laissé un petit livre! 😉 Il existe de merveilleux contes et livres jeunesse sur le thème de Pâques, allez rendre visite à votre libraire après être passé à la chocolaterie!

Joyeuses Pâques!