Le pulled pork qui se fait tout seul

Photo 
Maude Chauvin

Au sommet du palmarès des recettes incontournables dont je ne me tanne jamais, il y a le pulled pork. J’ai toujours du porc effiloché dans mon congélateur et des dizaines de façons de twister ce classique dans mon répertoire personnel – c’est-à-dire entre mes deux oreilles! J’ai perfectionné ma recette de porc effiloché au fil des ans, ajouté ceci, enlevé cela. Je suis maintenant prête à vous la présenter!

Je choisis de l’épaule de porc picnic, et je prends le temps de retirer la couenne et le gras visible avant la cuisson. Je repasse après la cuisson enlever celui qui était trop difficile à dégager de l’épaule crue. Et pas besoin de désosser la pièce de viande. L’os s’enlève tout seul après la cuisson. Je n’ajoute pas de gras pour la cuisson et je ne fais même pas saisir la viande avant de l’enfourner! J’ai testé la chose, et ça ne change absolument rien au résultat. Comme on ne goûte pas la différence, pourquoi se compliquer la vie?

Recette simplifiée, nombre d’ingrédients réduit: dans la catégorie des recettes qui se font (presque) toutes seules, ce pulled pork ne laisse pas sa place! Une fois que tout est dans la cocotte (ou la mijoteuse), ouvrez un bon livre, versez-vous un verre de vin et profitez des odeurs qui se répandent dans la maison. La petite séance d’aromathérapie qui vient avec cette recette fait partie de 50% de «l’expérience pulled pork». Je n’exagère même pas!

Au prochain dimanche moche, je m’en refais une réserve!