3 fruits découverts à San Francisco 

Photos 
Geneviève O'Gleman

Je ne m’attendais pas à déguster non pas un, mais trois nouveaux fruits en une seule visite au Ferry Building Farmers Market de San Francisco.

En Asie ou en Afrique, on s’attend à goûter à des aliments inconnus, voire étranges. Mais aux États-Unis? On pense tout connaître déjà… C’était sous-estimer San Francisco, berceau de l’alimentation locale en Amérique et sa terre mère, la Californie, qui produit une variété impressionnante de fruits et de légumes.

D’abord, j’ai croqué un fuyu, qui ressemble à s’y méprendre au kaki, qu’on connaît bien au Québec. Ces deux fruits appartiennent à la même famille des persimmons. Alors que le kaki se mange ultra mûr, super tendre (sinon c’est vraiment pas bon!), le fuyu se mange bien ferme. Il possède une texture de prune pas mûre, mais un délicieux goût entre la poire et le melon d’eau. Sucré, mais pas trop. Super bon, super frais. J’ai su depuis qu’on en trouvait aussi parfois à Montréal. Pas certaine qu’ils sont aussi bons que ceux fraîchement cueillis et n’ayant pas voyagé jusqu’ici…

Ensuite, j’ai serré la main de Buddha! C’est le nom qu’on donne à cet agrume à la forme vraiment curieuse… La main de Buddha ne contient ni jus ni pulpe, que du zeste, de bord en bord. Mais un zeste délicieux, pas du tout amer. Un parfum citronné puissance 1000. On détache un «doigt» pour infuser une boisson, pour râper sur un plat ou même pour rafraîchir ses vêtements! Quelle belle idée, et quel joli nom, je suis conquise.

Finalement, le feijoa, un autre fruit que je ne connaissais pas… Dans la famille de la goyave, ce fruit est cultivé en Californie, mais aussi en Amérique du Sud, surtout au Brésil. Il ressemble à de petits avocats de la taille d’un œuf. Tendres et sucrés, super parfumés et juteux au centre. Tout se mange, on croque directement la peau. Une autre belle découverte!

Trois points de plus en faveur de San Francisco, qui scorait déjà pas mal fort dans le palmarès de mes villes préférées!