Une maison sans cuisine à Hong Kong

Photos 
Stéphane Collin

Ma cuisine, c’est sans contredit la pièce la plus importante de ma maison. Il y a de l’action, ça sent bon, y’a de la vie. Elle est petite et, parfois (lire souvent), bordélique. Ça ne prend pas grand-chose pour qu’on se pile sur les pieds, mais je ne saurais m’en passer. C’est mon terrain de jeu.

Imaginez maintenant ma réaction lorsque Juliana, une amie rencontrée à Hong Kong, m’a dit que plusieurs de ses collègues, voisins, amis n’avaient pas de cuisine! Elle a dû me le répéter et me jurer qu’elle n’essayait pas de me faire marcher.

Elle m’a raconté qu’à Hong Kong, l’apparence est très importante. Les Hongkongais préfèrent souvent dépenser pour des vêtements, pour de l’électronique ou pour se payer un entraînement au gym plutôt que d’investir dans des casseroles.

Les appartements sont aussi très chers. Un tout petit 3 ½ sur l’île de Hong Kong peut coûter 30,000$HKG (5,000CAD) par mois dans le centre et 10,000$HKG (1,700CAD) par mois à une heure de métro du centre. Dans ces tout petits espaces, plusieurs Hongkongais choisissent de sacrifier la cuisine.

En se promenant dans les rues de Hong Kong, on voit des enfilades de logements microscopiques loués au prix d’une maison unifamiliale au Québec.

Pour se payer des appartements si chers, et pour vivre au rythme de la mode, les Hongkongais travaillent beaucoup. Mon amie Juliana commence sa journée à 8h et la termine rarement avant 21h.

Alors, pour toutes ces raisons, la cuisine ne figure pas dans les priorités des jeunes adultes de Hong Kong. Moi qui vante les bienfaits de la cuisine maison depuis des années… quel choc!

Je n’ose imaginer toutes les recettes traditionnelles qui ne se transmettront plus à la génération suivante parce que la jeunesse actuelle a décidé de ne pas enfiler le tablier… Alors qu’au Québec, on assiste (lentement, mais sûrement) à un «retour aux fourneaux», à Hong Kong, c’est tout le contraire…

Pour bien manger à petit prix, les gens fréquentent des endroits à mi-chemin entre le resto et la cafétéria.

Seriez-vous capables de manger au restaurant jour, après jour, après jour? Je vous avoue que, moi, j’aurais beaucoup de difficulté…