Le Moccione, comme en Italie

Photos 
Maude Chauvin

Il y a des restos où l’on va pour la première fois et où l’on sait exactement quoi commander parce qu’on en a tellement entendu parler. Moccione fait partie de ces endroits. Je devais y aller, mes amies m’avaient trop fait saliver. «Tu dois essayer la bolognaise», «Il faut que tu prennes le carpaccio», «Le tiramisu est malade». C’est noté. Garçon, pas besoin de la carte, je sais déjà ce que je veux!

Ceci dit, j’ai quand même consulté la carte, j’étais trop curieuse. Tout avait l’air bon dans cette sympathique adresse du quartier Villeray à Montréal. Un petit resto comme en Italie, une dizaine de tables, pas plus. Une dizaine de plats, pas plus. Un service impeccable, chaleureux et avisé.

J’ai donc misé tous mes jetons sur le carpaccio, la bolognaise et le tiramisu. Le verdict: mes amies savent de quoi elles parlent, c’était parfait!

Un carpaccio tout en finesse et en légèreté. Avec des pleurotes, des légumes marinés et du parmesan. J’ai raclé l’assiette.

Dès la première bouchée de la bolognaise, je me suis crue en Italie. Vous savez, cette mémoire des saveurs qui nous replonge à un moment précis de notre vie? Eh bien, pendant quelques secondes, je n’étais plus à Montréal. C’est l’effet que cette bolognaise produit. Elle est bonne à ce point.

Je ne suis pas fan de tiramisu et je ne bois pas de café. Ça, c’était avant de goûter à leur tiramisu : je ne suis toujours pas une buveuse de café, mais j’ai vu le fond de leur verrine.

Même si je vais assurément retourner à ce restaurant, j’ai eu envie de recuisiner ces plats chez moi en attendant. Et pour vous, qui n’habitez peut-être pas à proximité…

Mes amies me l’ont confirmé, ma bolognaise est pareille-pareille et mon tiramisu tout aussi bon. Et le carpaccio? Il s’en vient, promis!

Pour la petite histoire du Moccione – qui veut dire «tannant» en italien – et pour rencontrer virtuellement Luca et Maxime, les propriétaires, c’est par ici.

Les recettes du Moccione revisitées:

Maxime Landry et Luca Cianciulli, les proprios.