Tourisme gourmand: bien se préparer pour mieux en profiter

par 
Julie Aubé, nutritionniste

Prêts à «prendre le champ» et visiter agriculteurs, éleveurs et artisans gourmands d’ici? Voici huit astuces inspirées de mon livre Prenez le champ! pour organiser vos escapades agrotouristiques. Vous mettrez toutes les chances de votre côté pour vivre une expérience agroalimentaire mémorable.

  1. Changez de rythme

Prendre la route pour aller à la campagne, c’est accepter de ralentir la cadence. On laisse le rythme effréné de la ville et on se met en mode contemplatif. L’agrotourisme, ce n’est pas une course. Prenez le champ… et prenez le temps!

  1. Planifiez votre sortie

Avant de partir, faites quelques recherches sur le site Web ou la page Facebook du producteur que vous souhaitez visiter. Vérifiez notamment les heures d’ouverture ou encore l’horaire des visites guidées si elles sont offertes. Ainsi, vous éviterez un rendez-vous manqué.

  1. Reconnectez-vous aux saisons et aux aléas du climat

Comme pour les heures d’ouverture, informez-vous auprès du producteur sur les aliments ou les activités du moment. Vous saurez alors à quel moment planifier votre sortie d’autocueillette de cerises, ou serez certain que le parcours découverte du maraîcher ou de l’éleveur est accessible malgré la pluie de la veille.

  1. Composez avec les changements

Des changements à l’offre des producteurs peuvent survenir avec le temps, ce sont des entreprises vivantes, qui évoluent. Encore une fois, informez-vous avant de partir… Par exemple, si le bistro fermier où vous comptiez luncher est fermé le jour de votre visite, profitez-en pour faire un pique-nique ou pour élargir votre itinéraire à d’autres lieux gourmands de la région.

  1. Évitez le gaspillage

Aux vergers comme aux champs, on ne cueille ni plus ni moins que ce dont on a besoin. On favorise la «diversité» en choisissant des fruits et légumes d’un éventail de formes, de tailles et de couleurs (les tomates aux drôles de formes seront tout aussi bonnes dans vos sauces, et les choisir évitera qu’elles périssent au champ). Il y a beau avoir des millions de pommes dans le verger, ça ne justifie pas le «goûter-jeter»; on évalue sa faim avant de croquer. Passez le message à votre famille!

  1. Faites preuve de respect et de savoir-vivre

Quand un producteur vous ouvre les portes de son élevage ou de son champ d’autocueillette, c’est une fenêtre privilégiée sur son travail qu’il vous ouvre. Cet accès s’accompagne souvent de règles pour garantir le bon fonctionnement des activités ainsi qu’assurer le bien-être des animaux ou encore la pérennité des activités au champ. Il importe donc que petits et grands les suivent pour offrir à tous une expérience mémorable. Par exemple, il se peut qu’on nous invite à marcher dans les sentiers pour éviter de piétiner une culture, ou de baisser le volume près d’un troupeau. Aussi, essayons de nous limiter quant à ce qui est dégusté dans le champ: bien sûr, rien de tel que de goûter les fraises réchauffées par le soleil, mais si notre famille en a engouffré plusieurs casseaux, rappelons-nous qu’il s’agit du gagne-pain du fermier et mentionnons-le en payant notre récolte.

  1. Covoiturez

Votre voiture n’est pas pleine? Pourquoi ne pas inviter d’autres curieux gourmands à se joindre à votre escapade? Vous pourrez rapporter des réserves plus grandes ou plus variées, à partager… et à cuisiner en groupe au retour.

  1. Apportez les indispensables de l’agrotouriste averti
  • Glacière, blocs réfrigérants ou sacs de glace: pour rapporter fromages, œufs ou yogourts fermiers, viandes de pâturage, légumes et fruits ou encore, pour garder au frais cette bouteille ou boisson que vous savourerez en pique-nique ou à l’apéro.
  • Ouvre-bouteille: justement pour profiter d’un apéro en plein air.
  • Bouteille d’eau réutilisable: pour les petites et grandes soifs sur la route.
  • Kit à pique-nique: pour pique-niquer partout où le paysage vous inspirera – privilégiez de la vaisselle, des ustensiles et des serviettes réutilisables, sans oublier une nappe ou une couverture.
  • Argent comptant: pour éviter d’être pris au dépourvu, puisque les cartes de débit ou de crédit ne sont pas toujours acceptées; de plus, à la campagne, les guichets ne se trouvent pas toujours au coin du champ.
  • Bottes de caoutchouc: pour parcourir les champs, beau temps, mauvais temps, et éviter de salir vos beaux petits souliers blancs.
  • Coupe-vent: pour rester au chaud à la fin de la journée ou quand le vent se lève, et pour tirer le maximum de plaisir de votre sortie gourmande en plein air. Prévoyez le nécessaire pour être confortable, quelle que soit la météo (chapeau, crème solaire, foulard, parapluie…).
  • Téléphone intelligent (chargé!), GPS ou carte routière: pour vous rendre au bon champ, peu importe les circonstances.

Enfin, n’oubliez surtout pas votre curiosité et vos questions. Les agriculteurs, éleveurs et artisans gourmands ouverts aux visiteurs sont heureux de partager leur savoir-faire avec les mangeurs curieux.

Bonnes escapades!

Julie Aubé est nutritionniste spécialisée en agrotourisme, conférencière, conceptrice et organisatrice des Événements Prenez le champ! et auteure du guide Prenez le champ! aux Éditions de l’Homme (2016).

Photo : Sabiha Merabet
Photo : Caroline Dostie