Cinq patates douce déposées sur un comptoir de bois gris foncé

La patate douce

Photo 
Maude Chauvin

On l’aime pour sa polyvalence. Elle peut être cuisinée de l’entrée au dessert. Son goût délicat et sucré fait changement de la traditionnelle pomme de terre.

On la trouve à l’épicerie dans l’allée des fruits et légumes. On s’assure qu’elle soit bien ferme et sans meurtrissure.

On la conserve dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière quelques semaines. On évite de la réfrigérer, sauf une fois qu’elle est cuite.

On la cuisine comme une pomme de terre. Avec ou sans pelure, bouillie, cuite au four ou vapeur, elle est un accompagnement de choix. On peut aussi en faire de succulentes purées, seule ou avec d’autres légumes comme les carottes, les pommes de terre ou les courges. Elle est délicieuse en gratin, dans une omelette ou un potage. Son petit côté sucré et orangé est aussi très apprécié dans les muffins, pains, biscuits et gâteaux.