Les palourdes fraîches avec les coquilles

Photo 
Maude Chauvin

On les aime parce qu’elles représentent un choix écoresponsable en raison de la façon dont elles sont élevées et prélevées et parce qu’elles font changement des autres mollusques, comme les moules et les pétoncles, qu’on consomme plus souvent. Rapides à cuire, elles se prêtent autant aux soirs de semaine qu’aux grandes occasions.

On les trouve dans certaines épiceries, dans l’allée des poissons et des fruits de mer, ou dans les poissonneries. Elles sont offertes à l’année, mais la règle des mois finissant en «bre», connue des amateurs d’huîtres, s’applique aussi aux palourdes. De leur côté, les palourdes sauvages sont meilleures de septembre à avril.

On les conserve trois ou quatre jours crues dans leur coquille au réfrigérateur, dans un grand bol recouvert d’un linge humide et surtout pas dans un sac de plastique hermétique. Elles ont besoin de respirer, ces belles palourdes! Idéalement, on les cuisine le plus rapidement possible après leur achat pour un maximum de fraîcheur. Une fois cuites, on les conserve un ou deux jours au réfrigérateur.

On les cuisine comme les moules: cuites à la vapeur, en sauce ou dans un plat de pâtes.